Filtrer par

Marque

Marque

Prix

Prix

  • 11,00 € - 28,00 €

Nombre de larves

Nombre de larves

Pucerons

Les chiffres concernant les pucerons ont de quoi donner le tournis, même aux jardiniers avertis : 12 à 20 générations peuvent voir le jour en période d’été et chaque femelle peut pondre jusqu’à 60 œufs. 5000 espèces de pucerons sont référencées à travers le globe dont 250 sont considérées comme nuisibles pour les végétaux.

Autant se l’avouer, les pucerons sont de véritables fléaux pour les cultures et cela ne date pas d’hier. De toutes les couleurs, et dans une grande variété de formes, les Aphidinas, plus connues sous le terme de pucerons sont de minuscules insectes mesurant entre 1 et 4 mm qui vont parasiter une multitude de plantes en suçant la sève à travers les tissus végétaux.

Parmi les nombreuses espèces de pucerons, certaines sont très spécialisées (exemple : le puceron vert du pêcher ou le puceron noir de la fève) et d’autres sont plus polyphages. Presque tous les types de végétaux peuvent être concernés par les pucerons et c’est pour l’essentiel, entre le printemps et l’automne que les proliférations et les risques sont les plus importants. 

Facilement observable par le nombre impressionnant de pucerons qui englobent les plantes, leur présence se remarque aussi par des symptômes particuliers : déformation, chute du feuillage, boursouflures, dessèchement, etc. Ces signes caractérisent la fragilisation du végétal qui va être rendu beaucoup plus vulnérable face aux possibles autres dangers tels que les maladies bactériennes, fongiques, etc.

Lutter contre les pucerons dans mon jardin ?

Bien que les pucerons se définissent à travers des milliers d’espèces, de formes, de couleurs, il existe de nombreuses caractéristiques communes qui offrent aux jardiniers des astuces pour ne pas se laisser déborder par les vagues d’attaques répétitives et les remous de pucerons. Certaines solutions comme les coccinelles sont devenues de véritables symboles en lutte biologique. Voici quelques propositions écoresponsables et biologiques pour soutenir la lutte contre les invasions de pucerons dans les jardins et les espaces verts :

  • Favoriser la lutte biologique. De nombreuses espèces indigènes sont de véritables nettoyeurs de pucerons : coccinelles, chrysopes, syrphes… En soutenant la présence de ces prédateurs spécialisés aphidiphages (mangeur de pucerons), vous freinez les risques de propagation.
  • Utiliser des traitements naturels. Conçue à base d’éléments naturels ou de plantes, l’aspersion avec du savon noir, du purin d’ortie ou de fougère constitue un moyen efficace pour limiter les dégâts causés par les différents pucerons.
  • Installer des végétaux répulsifs ou des auxiliaires. Certaines plantes comme la sarette, les œillets d’Inde, la lavande, les soucis ont des effets répulsifs sur les pucerons, alors que d’autres comme les capucines vont davantage les attirer, laissant ainsi les autres plantes paisibles.

En plus de l’aspect inesthétique provoqué, les invasions de pucerons sont redoutées par les jardiniers, car elles sont hors de contrôle et affaiblissent les végétaux submergés. Pour freiner et éradiquer cette menace minuscule et invasive, des solutions écologiques peuvent être mises en place. Préparez vos escadrons de coccinelles et vos auxiliaires, la bataille est lancée !

Il y a 9 produits.

Affichage 1-9 de 9 article(s)

Filtres actifs