Cryptolaemus Montrouzieri

Dans la grande famille des coccinellidés, il existe une cousine australienne appréciée des jardiniers : la coccinelle Cryptolaemus montrouzieri. Contrairement aux espèces indigènes européennes qui se nourrissent principalement de pucerons, son régime alimentaire est coccidiphage, c’est-à-dire qu’elle s’alimente essentiellement de cochenilles. Elle devient ainsi une nouvelle actrice dans le bataillon des auxiliaires de jardin en lutte biologique.

La coccinelle Cryptolaemus montrouzieri est une petite espèce ne mesurant pas plus de 3-4 mm de long. Bicolore, avec son thorax et des élytres de couleur noirs et une tête marron, elle se reconnaît également par son léger duvet caractéristique sur le corps. C’est une espèce relativement féconde, mais particulièrement sensible. Les adultes ne vivent généralement pas plus de 2 mois. Chaque femelle peut pondre jusqu’à 400 œufs durant cette période, rendant cette minuscule prédatrice très prolifique. Essentiellement, active d’avril à juillet la coccinelle Cryptolaemus montrouzieri a besoin de températures douces pour vivre et se reproduire. Le cycle de vie est d’environ 24 jours, ce qui permet à plusieurs générations de coccinelle de voir le jour sur une année.

Des coccinelles Cryptolaemus montrouzieri dans mon jardin ?

Les coccinelles Cryptolaemus montrouzieri sont redoutables en tant qu’agent de lutte biologique. Qu’elles soient adultes où au stade larvaire, elles sont de réelles prédatrices naturelles qui font face aux cochenilles (farineuses ou pulvinaires) et vont aider les jardiniers à résister aux invasions répétées de ces minuscules nuisibles.

Quelques conseils concernant les Cryptolaemus montrouzieri :

  • Ne pas confondre les larves de Cryptolaemus montrouzieri, qui sont plus grosses que les insectes adultes et qui ressemblent aux cochenilles qu’elles combattent. Elles sont blanches avec une apparence cireuse.
  • Les larves de Cryptolaemus montrouzieri sont très efficaces face aux cochenilles farineuses et pulvinaires. Ces dernières s’attaquent particulièrement aux plantes d’intérieur et aux plantes potagères (sous serres). Leur présence ralentit la vitalité des plants affectés, d’où la nécessité d’intervenir.
  • Une larve de Cryptolaemus montrouzieri peut dévorer jusqu’à 250 cochenilles en 2 semaines.
  • Compter entre 4 et 6 adultes de Cryptolaemus montrouzieri par foyer de cochenilles sur des plantes basses pour en venir à bout.
  • L’utilisation des coccinelles face aux cochenilles n’est possible que de manière curative, car si les ravageurs ne sont pas assez nombreux, les Cryptolaemus montrouzieri partiront chercher de quoi se nourrir ailleurs. Elles ne sont donc à déployer qu’en cas de proliférations ou d’invasions de nuisibles.

Ces minuscules coccinelles sont de réelles alliées pour les jardiniers. Que ce soit pour protéger les plantes d’intérieur ou les cultures bio, les Cryptolaemus montrouzieri sont des agents de lutte biologique qui méritent beaucoup de considération.

Il y a 1 produit.

Affichage 1-1 de 1 article(s)

Filtres actifs