Maladies du potager

Les potagers sont les trésors des jardiniers. Cette grande concentration de variétés de plantes est un véritable terrain de chasse pour les bactéries, les champignons et les insectes. Sans utiliser de produit phytosanitaire, les jardiniers peuvent s’armer et défendre leurs précieuses récoltes grâce à des méthodes culturales préventives, des outils de luttes biologiques et des traitements naturels.

Dans les potagers, la vigilance est une qualité inestimable et le moindre symptôme est à surveiller. La meilleure façon de limiter la présence des parasites et des nuisibles est d’avoir, dans un premier temps, des plantes en pleine forme. Pour cela, le sol des potagers peut être nourri par des amendements et des engrais naturels qui apporteront des éléments nutritifs nécessaires à la bonne pousse des légumes et des fruits.

Pour prévenir des maladies, les jardiniers peuvent également agir en traitant les potagers avec des purins et des décoctions de plantes (orties, prêles, ails, tanaisies, etc.) qui vont renforcer les défenses immunitaires des végétaux et ont parfois aussi des vertus fongicides, répulsives ou bactéricides.

Le climat, les températures, l’humidité, l’eau et le vent peuvent être des facteurs de diffusions des maladies, mais des techniques de plantation peuvent limiter ces risques. Il est par exemple conseillé de favoriser l’aération dans les potagers, de bien penser au drainage des plantes, de privilégier l’espacement entre les plantations, d’arroser sans aspersion, de nettoyer ses outils, etc.

Toutes ces techniques naturelles de jardinage sont des premiers remparts à la propagation de maladies et aux risques que les potagers peuvent encourir.

Les maladies du potager ?

Nombreux sont les symptômes et les anomalies curieuses que l’on peut retrouver sur les légumes et les plantes du potager. Qu’ils proviennent de champignons, de bactéries ou de présence de parasites nuisibles, les maladies des plantes peuvent être de véritables désastres pour les jardiniers.

Voici une liste non exhaustive des principales maladies du potager et de leurs symptômes :

  • Le mildiou. Apparition de taches brunes et blanches qui s’étendent sur les tissus et finissent par faire dessécher les feuilles.
  • La rouille. Des auréoles brunâtres ou orangées se forment sur les feuilles des végétaux.
  • L'oïdium. Une couche de feutrage blanc poudreux se développe sur les feuilles et parfois les tiges.
  • La pourriture grise. Une nécrose grise des tissus végétaux sur les feuilles et les fruits.
  • L'anthracnose. Apparition de taches noires sur les bords des feuilles et le long de la nervure centrale.
  • Les bactérioses. Nombreux symptômes issus d’un développement bactérien sur certaines plantes.
  • Les pucerons/cochenilles. Développements rapides de nuisibles qui sucent la sève des plantes.
  • Les altises, les charançons, les pyrales. Perforation des feuilles.
  • Gastéropodes et piérides. Les feuilles sont consommées.

La présence de parasites peut fragiliser les plantes et ouvrir la voie à l’accumulation d’attaques entraînant les potagers dans une sorte de cercle vicieux. Il est important pour les jardiniers de prévenir ces attaques et de réagir dès les premiers symptômes. Même si les maladies des potagers sont nombreuses, les solutions biologiques pour lutter le sont encore plus. Apprendre et agir, voilà les armes des jardiniers.

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche