Mangeoire oiseaux sauvages

Il est très plaisant pour un jardinier de voir des oiseaux venir se réfugier dans ses espaces quand l'hiver se durcit. C’est même parfois une fierté de pouvoir participer à la préservation de la biodiversité en offrant le gîte et le couvert à des animaux fragilisés par les grands froids.

Pour nourrir des oiseaux, il faut cependant respecter certaines règles, car c’est une sorte de contrat moral que le jardinier va passer avec ses convives à plumes. En proposant de la nourriture, certains oiseaux vont s’accoutumer et utiliser leur énergie vitale pour rejoindre les mangeoires au lieu d’aller chasser.

D’ailleurs, chaque espèce d’oiseaux sauvages a ses propres réflexes concernant les besoins alimentaires :

  • Certains comme les cardinaux ou les gros-becs ont l’habitude de se nourrir directement sur la mangeoire.
  • D’autres, comme les mésanges ou les pics-verts vont préférer prendre la nourriture et la manger un peu à quelques mètres, en sécurité.
  • Et d’autres encore comme les moineaux et les colombes vont aimer manger à même le sol, en surface dure.

À ces petites habitudes s’ajoute pour chaque oiseau sauvage, leur propre goût en matière de nourriture. Mais qu’ils soient insectivores ou granivores, ils accepteront volontiers de partager certains mets communs comme les pains de graisses, les graines de tournesol, des fruits secs ou des mélanges de graines, surtout en période de grand froid.

Les mangeoires à oiseaux sauvages

Les mangeoires sont les moyens les plus adaptés pour distribuer de la nourriture aux oiseaux. Pratiques et parfois mêmes esthétiques, ils sont un bon outil pour contempler la richesse de la vie sauvage directement de sa fenêtre.

De toutes les tailles, de toutes les formes et dans tous les matériaux, les mangeoires sont adaptables à vos exigences et à ceux des oiseaux sauvages qui viennent vous rendre visite. Il existe cependant quelques conseils universels :

  • Préférer placer plusieurs mangeoires à différents endroits, afin d’éviter les conflits entre les oiseaux.
  • Disposer la mangeoire dans un lieu plutôt dégagé, éloigné des murs et des buissons où pourraient se cacher des prédateurs opportuns.
  • Contrôler et nettoyer régulièrement les mangeoires pour prévenir les transmissions de parasites et de maladies entre les oiseaux (humidité, fientes, etc.).

Proposer des mangeoires pour les oiseaux sauvages en périodes hivernales (entre mi-novembre et fin mars) n’est pas seulement une action pour la préservation de la biodiversité locale, c’est aussi un très bon moyen d’attirer de futurs alliés pour vos jardins et ça vous offre un joyeux spectacle à partager.

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche