Piège à phéromone papillon

Nombreux sont les papillons qui sont considérés comme nuisibles en jardinage. Souvent phytophages, ce sont majoritairement les chenilles des lépidoptères qui font le plus de dégâts dans les cultures. Pour se développer, elles se nourrissent des tissus et de la chair des végétaux (feuilles, pulpes, troncs, rhizomes, etc.) détruisant des pans de récoltes ou fragilisant les plantes et les arbres. Les moyens de luttes biologiques permettent de combattre la présence de nuisible de manières écoresponsables, et les pièges à phéromones sont des outils réputés comme étant très efficaces face aux invasions de lépidoptères.

Le nombre de sortes de papillons ravageurs est impressionnant. En Europe, sur 5000 espèces de papillons recensés, 650 seraient considérés comme néfastes pour les cultures :

  • Teignes (teignes des céréales, teignes des poireaux, teignes de l’olivier, etc.) ;
  • Carpocapses ( carpocapses des pommes et poires, carpocapses des pruniers, etc.) ;
  • Mineuses (mineuses du marronnier, mineuse de la tomate, etc.) ;
  • Noctuelles ( noctuelle du maïs, noctuelle du chou, etc.) ;
  • Processionnaires (processionnaire du pin, processionnaire du chêne, etc.) ;

Parmi ces nombreuses espèces, beaucoup peuvent se combattre avec des méthodes naturelles qui s’associent avec un jardinage biologique ou responsable.

Des pièges à phéromones contre les papillons ?

Il existe plusieurs types de pièges à phéromones pour faire face aux lépidoptères. Malgré des tailles et des fonctions parfois différentes, le principe du dispositif reste sensiblement le même. Les pièges à phéromones sont conçus pour attirer les papillons mâles grâce à des phéromones sexuelles de femelles pour les empêcher de se reproduire.

Le piégeage se compose d’un instrument physique qui capte les insectes, et de phéromones qui sont à installer spécifiquement à l’intérieur pour appâter les papillons. De cette manière, certains pièges peuvent servir plusieurs fois ou plusieurs années et faire face à des invasions de papillons différents. Pour cela, il suffit de nettoyer le piège et de changer les phéromones.

Quelques conseils d’utilisation pour les pièges à phéromones contre les lépidoptères :

  • Distinguer les types de papillons ravageurs dans vos cultures pour bien adapter le piège aux comportements et à la physiologie des espèces (piège mixte, piège à entonnoir, piège à glu, etc.) ;
  • Installer les pièges à phéromones avant les premiers vols nuptiaux des insectes pour freiner les premières générations de papillons (le plus souvent, entre les mois de mars et mai, mais cela dépend des espèces, du climat et des régions) ;
  • Définir la zone à protéger et ajuster le nombre de pièges en conséquence ;
  • Contrôler et nettoyer les pièges régulièrement pour leur garantir une efficacité maximale ;
  • Changer les phéromones périodiquement (généralement entre 4 et 8 semaines).

Bien que toutes ces espèces de papillons fassent partie de la biodiversité locale, un certain nombre représentent de réels dangers pour les cultures et les récoltes. Pour y faire face, les pièges à phéromones garantissent d’une part une surveillance et un contrôle sur l'éventuelle présence des nuisibles, et d’autre part, ils endiguent la prolifération des lépidoptères. De quoi satisfaire des jardiniers soucieux du bon développement de leurs plantes.

Pièges pouvant capturer les principaux ravageurs papillon comme la pyrale du buis, la processionnaire du pin et du chêne, les carpocapses, etc ... Votre piège doit être muni d'une phéromone à acheter séparément.

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche