Teigne

Les teignes sont des noms vernaculaires qui représentent en jardinage différentes espèces de papillons (lépidoptères) provenant de familles et de genres différents.

Lorsque l’on parle de teigne, on considère surtout les chenilles qui causent de nombreux dégâts dans les cultures en creusant des galeries dans les feuilles, les bourgeons, les racines ou les fruits, mais aussi les chenilles qui font des dommages dans les ruches, les vêtements, etc. Il arrive que dans le langage courant, les teignes soient synonymes de mites.

Il en existe de toutes sortes dont certaines sont associées à des domaines et des problématiques spécifiques comme :

La teigne de la cire ;

  • La teigne commune des vêtements ;
  • La teigne des abeilles ;
  • La teigne du tabac ;
  • La teigne du fusain,
  • La teigne du poireau etc.

Ce sont en réalité des centaines d’espèces de papillons qui évoluent et prospèrent dans des contextes déterminés et qui, souvent, posent des difficultés en tant qu’insectes nuisibles, surtout durant les cycles larvaires, quand les chenilles cherchent à se développer et se nourrir pour arriver à maturité.

Pour chaque espèce et pour chaque problème rencontré avec les teignes, il existe des méthodes ou des outils qui permettent de limiter leur présence. Dans l’ensemble, ces lépidoptères nocturnes ont des fonctionnements assez similaires.

Lutter contre les teignes ?

Que ce soit des pyrales, des mites, des teignes ou des alucites, elles désignent souvent des espèces analogues qui sont caractérisées comme des nuisibles, car elles sont source de dégâts dans les lieux où elles s’installent.

Bien que dans nos jardins existent certaines teignes spécifiques (teigne du poireau, teigne du bananier, teigne des céréales, teigne de la carotte, etc.), des techniques de lutte apparentes peuvent fonctionner et freiner les dégâts et la prolifération des insectes dans les espaces infestés :

  • Les pièges à phéromones. Souvent très efficace face aux papillons, les pièges à phéromones sont conçus sur un principe de confusion sexuelle. En attirant les imagos mâles dans un piège grâce à des phéromones sexuelles d’insectes femelles, la méthode court-circuite les cycles de reproduction des teignes ;
  • Les biopesticides à base de Bacillus thuringiensis (Bt). Très utilisée face aux papillons et leurs chenilles, cette bactérie est à pulvériser et va détruire les insectes en les parasitant. Technique curative autorisée en agriculture biologique.

Face aux teignes, les moyens de luttes sont limités, mais celles qui existent sont relativement polyvalentes et sont efficaces. Elles peuvent s’employer facilement sans danger pour la santé humaine ni pour la vitalité des végétaux qui sont attaqués. 

Veuillez nous excuser pour le désagrément.

Effectuez une nouvelle recherche